• Accueil
  • > Archives pour octobre 2017

Archive mensuelle de octobre 2017

Complicité

J’ai vécu un de ces moments de complicité toute naturelle avec ma plus jeune cousine.

Elle tentait de jouer à la DS sans qu’une petite ne la remarque, car elle viendrait inévitablement derrière elle pour regarder le jeu. Le problème, c’est que dès que ma cousine ouvrait la DS, l’écran claquait plusieurs fois avant de s’ouvrir. 

Alors, pendant une de ses énièmes tentatives, j’ai toussé.

Discrètement d’abord, puis plus fort.

Ma cousine m’a regardée, l’air surprise.

J’ai détourné les yeux en essayant de ne pas sourire. 

Elle m’a souri.

Si seulement ils réalisaient

-Et ceux là ? Ils sont en couple tu crois ?

-Eux ? Tu plaisantes j’espère. Chacun est amoureux de quelqu’un qui ne les imagine qu’en ami.  Été notre eux c’est parfaitement clair;  ils se friendzonent mutuellement sans même savoir qu’ils ont une chance. 

-C’est con. Ça se voit qu’ils devraiente être ensemble.

-Ils sont à fond sur leur crushes. Ils ne savent même pas que ce qu’ils éprouvent n’est pas le dixième de ce qu’ils pourraient vivre.

-Elles viennent d’où tes statistiques ? 

-De mon coeur.

Inaptitude

Je n’arrive à rien

Mes pensées s’embrouillent et s’emmêlent dans ma tête

Mélangent idées et copies volées

je cherche l’inspiration elle me fuit

je cherche le talent il s’évapore

je cherche quelqu’un je suis seule

je cherche les couleurs ma feuille est blanche

les mots courent et s’envolent comme des oiseaux libérés

L’encre noire résonne sur les lignes de la page

J’écris

J’oublie

J’efface

Je vis.

Jeu de vie

Il joue avec les filles. Les met dans sa poche. les collectionne, puis les oublie.

Quand il se sent un peu seul, il les rejoint.

Et tente de se faire pardonner. Bien peu sont celles qui voient clair dans son jeu.

Je n’en fait pas partie visiblement.

Vers sans sens

Noie-toi dans mes pensées

Ose un peu encor

Et oublie de respirer

Ton souffle vaut de l’or

Décès

Pitié, ne me demandez pas de réfléchir. Je suis malade… et amoureuse.

Magasin

Je déteste les cabines d’essayage.

Un étroit placard fermé par un rideau trop court, où affluent les odeurs de transpiration et de parfums des clients, où l’on est supposé se déshabiller sans scrupules pour complexer devant un miroir en plein pied ? 

Je déteste les magasins de vêtements. 

Voyage

Je l’ai vu dans le train. Il baissait la tête sur son écran sans me regarder. Savait-il même que j’étais là ? Je ne sais pas. Il m’ignorait.

Une heure auparavant, il m’avait effleuré la main pour me dire au revoir. Nous n’étions plus censés nous revoir après. Pas avant longtemps.

Murs.

Lignes grisâtres qui parcourent le ciel

Arrêtent l’horizon, nous brisent les ailes

plafond insalubre qui coupe les paupières

Ecrase nos espoirs et nous réduit en poussières

Divination

Un message.

De la Lune, Mère des Mers. Une nouvelles sous l’une de ses quatre phases, dans les 28 jours arrivant.

Une mauvaise nouvelle.

La rune noire, symbole de difficulté et de douleur. Quelques traits sur une pierre qui font se lever les drapeaux noirs endeuillés.

Loin derrière, les anneaux. Deux bagues entrelacées qui représentent le mariage ou les relations en général. 

Pourquoi est-ce que ces trois runes répondent avec autant de précisions à cette question qui me brûle les lèvres ?

Pourquoi ai-je l’impression d’un mauvais présage ?

Pourquoi ai-je posé cette question à la base ?

J’avais si peur des réponses.

12345



Pocopordecir |
Spirousan |
Amprorransnig |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le livre chinois
| lelivrequebecois
| Lettresamonamoureuse