• Accueil
  • > Archives pour septembre 2017

Archive mensuelle de septembre 2017

Sans Nom

On peut ignorer tout d’une personne et passer les meilleures moments avec elle.

Le nom est l’information la plus critique.

Il peut tout faire basculer.

Rappeler des mauvais souvenirs. Donner une mauvaise impression. Inspirer un mauvais sentiment.

Gardons nos noms pour nous et vivons.

Portrait

Bourdonnent persifleur insistant aux oreilles pures des innocents.

Sifflement continu susurrant d’une bouche vermeille.

Charmant battement enjôleur de cils noirs comme l’ébène.

Caresses empoisonnées d’une main de soie véritable.

Tel est le portrait du menteur.

1# Journal d’un enfant

Aujourd’hui je me suis battue.

C’était drôle. 

Je sais pas vraiment qui a gagné.

Mais est-ce que ça compte ?

Valet de trèfle

Un cercle d’amis.

Au centre, un tas de cartes.

Chacun en possède un paquet, qu’ils portent sans soucis face cachée.

Ils jouent à la bataille corse.

Un jeu bien innocent.

Un peu violent parfois peut-être.

Mais ce moment d’or, ce moment où l’on ne s’embarrassent pas du poids de nos coeur, ce moment passé ensemble… Il a quelque chose de sacré que je ne veux pas oublier.

Depuis peu, j’ai l’impression de vivre.

Ebauches

L’âme enfantine encore, vaquant dans les bois

J’observais, les yeux couverts d’une buée de soie

Au loin, voler les canards sauvages et les oies

L’enfant court, vole, abreuve le monde de sa gaité

Fait de ce ciel couvert un jour ensoleillé 

S’élance, s’arrête, saute, nage et reparait 

Souriant dans le vide, pour les livres et les faits

.

Tendre innocence que la leur, teintée de mensonges

Et de gamineries farceuses ! Quand vient l’été, 

Les doux angelots s’endorment, bercés par leurs songes,

Eclairant comme les astres le souffle du péché.

L’océan

Comme un rêve délaissé

Comme une t’encre bleutée

Comme un ciel plus foncé

L’écume se brise à mes pieds et laisse sur ma page

Un jet d’encre bleutée entre les lignes sages

Guidant mes mots en vers, transformant en mirage

Mes pensées embrouillées qui vivent de leur âge.

.

Le sable sous mes doigts crisse et glisse dans le vent

laissant mourir des espoirs; préjudices d’aveux,

la côte se creuse et dévoile son visage d’antan

Gravé au gris du ciel, à celui de mes yeux.

Singin’ a song

I’m discovering something

That I’ve been denying

Or at least I think I do

It feels so nice and so new

.

But what could it be

This feeling I ignore

In the depths within me 

My heart is painful and sore

.

And it bangs in my chest

And it tears me apart

I can’t get some rest

It feels like music and art

.

And it bangs it my chest

And I’m feeling alive

I can’t get some rest

This love is enough for five 

Réquisitoire

Les Hommes marchent, courent, volent même, parlent, vivent. Tout leur être respire une intelligence qu’ils ont volée.

Une intelligence marquée par une fabuleuse hypocrisie.

Bien peu sont les francs camarades qui disent ce qu’ils pensent, la nouvelle mode du moment est le mensonge, le théâtre, l’improvisation sans aucune peur des répercussions.

Ivres de bonheur, de mensonges, de fausseries, ils titubent et vacillent, tombent la tête la première dans la vase de leur orgueil.

Mourir enterré vivant, mourir couronné d’honneur; voilà bien peu de choses comparé à la délicieuse sensation d’une vie sociale réussie. Le regard des autres vaut plus que la gloire de soi. « Autres » est plus nombreux de « soi ». « Autres » vaut plus, accaparé « soi », le remplace, le recouvre. « Soi » disparaît.

Exquise hypocrisie que d’affirmer faussement des idées de brique ! Fondées sur les rumeurs, soigneusement bâties de potins et de racontars que cherche la populace avidement.

Doux souffle de serpent respiré dans la nuque, prêt à mordre mortellement l’âme virginale présentée sous es crochets suivants de venin.

Idiotisme ambulant foulant nos pas à l’unisson, répercutant nos erreurs et engouffrant nos espérances dans un gouffre de peur.

Figures

Des figures perdues errent dans les couloirs d’un bâtiment désaffecté. Assis sur les marches d’un escalier à moitié déglingué.

Las de tout, las de vivre, mais aussi las de tenter de mourir – car à chaque fois quelqu’un intervient, les sauve, les arrache à la douce souffrance à laquelle ils se dédiaient pour les envoyer dans le vrai monde, une souffrance, une douleur bien plus grande.

Leur douleur est un boulet, agrippé à leur mollets frêles, leur douleur est un nuage, les libérant des terreurs du monde commun. 

Leurs cris agonisants, leurs visages émaciés et les lambeaux de peau, de tissu, de chair et de vie flottent dans l’air rauque, aux côtés de l’odeur, insistante et précise, de maladie.

Que veulent-ils ?

Rien. Suivre et observer leur suffit.

Qui sont-ils ?

Personne. Ils ont perdu leur identité depuis longtemps.

Où vont-ils ? Qu’imaginent-ils ? Que font-ils ?

Tant de questions sans réponses.

Liens

OPHÉLIE – Femme de Marcel.

TÉRÉBENTINE – Jeune fille féministe.

MARCEL – Homme mûr à la vie monotone.

.

(MARCEL et OPHÉLIE, assis dans des fauteuils, se contemplent. TÉRÉBENTINE est debout entre eux, plus loin sur la scène, dans l’ombre.)

OPHÉLIE – Alors c’est vrai.

MARCEL – Oui.

OPHÉLIE – Pourquoi ?

MARCEL – Parce qu’on me l’a dit. C’est ainsi.

(Une sonnerie grave retentit. OPHÉLIE se lève. Elle ouvre une porte imaginaire et découvre TÉRÉBENTINE. la lumière se déplace sur les jeunes femmes tandis que MARCEL est plongé dans l’ombre.)

TÉRÉBENTINE – Bonjour.

OPHÉLIE – Bonjour.

TÉRÉBENTINE – Je participe à l’évènement « Femmes: êtres humains » et j’aurais voulu vous en parler.

OPHÉLIE – Je ne connais pas.

TÉRÉBENTINE – C’est une organisation qui s’occupe à la fois d’associations féministes et de manifestations.

OPHÉLIE – Féministes ?

TÉRÉBENTINE – Oui.

OPHÉLIE – Les femmes qui brûlent leur lingerie et insultent leurs maris ?

TÉRÉBENTINE – Nous travaillons pour défaire ce genre de clichés.

OPHÉLIE – Fort bien.

(OPHÉLIE lui claque la porte au nez. La lumière retourne sur le couple alors qu’OPHÉLIE se rapproche des fauteuils.)

MARCEL – C’était qui ?

OPHÉLIE – Une folle.

(OPHÉLIE et MARCEL se rassoient et OPHÉLIE reprend machinalement sa posture précédente; yeux baissés, mains croisées.)

MARCEL – J’ai un peu soif. va me chercher un thé.

OPHÉLIE – Tout de suite.

(Rideau)

Jaune

C’est une couleur vive, enfin… Comme si quand on la voyait un sourire venu des yeux nous faisait voir la vie en rose. pardon, je t’embrouille.

Le jaune, c’est lumineux comme le Soleil. Ca brille et ça pétille. Comme des bulles de Fanta. c’est presque la même couleur.

C’est le mélange de rouge et du vert. Pas aussi chaud que le rouge mais pas froid comme le vert. entre les deux mais plus brillant que terne.

Le jaune c’est beau comme la vie. C’est le Soleil, le coeur des fleurs, les poussins, les frites et le sable.

C’est compliqué de décrire une couleur. On dit que le jaune est la couleur de la joie, tu vois ? Non, tu es aveugle. c’est pour ça que je décris.

12



Pocopordecir |
Spirousan |
Amprorransnig |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le livre chinois
| lelivrequebecois
| Lettresamonamoureuse